Eau polluée à Flint, USA

Eau polluée à Flint, USA

Voir en ligne : L’austérité aboutit à empoisonner l’eau d’une ville du Michigan

En 2011, la ville de Flint, au bord de la faillite, est placée par le gouverneur républicain du Michigan, Rick Snyder, sous le contrôle d’une autorité de tutelle. La ville est un symbole de la crise automobile : fermetures d’usines, taux de chômage près de deux fois supérieur à la moyenne nationale, 41 % de la population qui vivent sous le seuil de pauvreté. Elle est d’ailleurs le théâtre du documentaire de Michael Moore, Roger et moi, sorti en 1989, qui porte précisément sur la crise automobile.

Jusqu’alors, la collectivité achetait son eau potable auprès de la ville de Detroit. Mais le contrôleur décide qu’à partir d’avril 2014, Flint pompera l’eau dans la rivière locale. Très vite, les habitants se plaignent de la couleur et du goût de l’eau. Certains souffrent de vomissements, de perte de cheveux et d’éruptions cutanées. Depuis juin 2014, on a diagnostiqué la légionellose chez 87 personnes. Dix d’entre elles sont décédées. Des produits chimiques ont été utilisés pour combattre les bactéries, mais ceux-ci ont rendus l’eau plus corrosive, qui a érodé les tuyaux, laissant s’échapper du plomb. Plusieurs dizaines de personnes ont ainsi été empoisonnées au plomb

Le gouverneur Rick Snyder a dû se résoudre à demander au président Barack Obama de qualifier le cas de Flint de situation d’urgence. L’Agence fédérale de gestion des situations d’urgence (FEMA) a été mobilisée afin de distribuer des bouteilles d’eau et des filtres à la population. D’affaire purement locale, la crise est devenue nationale.
Des agences étatiques auraient falsifié des données pour laisser croire que l’eau était potable. Or l’usine de traitement de Flint n’était pas équipée pour purifier l’eau en conformité avec les normes fédérales. Les autorités savaient aussi qu’il aurait fallu investir 100 dollars par jour pour injecter dans les canalisations un agent anti-corrosion. Cela n’a jamais été fait.

Depuis octobre 2015, l’eau provient à nouveau du lac Huron. Mais le problème de canalisations obsolètes demeure. Un investissement de 1,5 milliard serait nécessaire.

Une catastrophe sanitaire qui résulte non pas d’un accident, mais de mesures d’économie.

Sources :

Pour en savoir plus :

Inscription

We are glad that you preferred to contact us. Please fill our short form and one of our friendly team members will contact you back.

Inscription à l'événement


500 caractères restants

As-tu déjà un projet ou une idée de projet ?*
ouinon

X
CONTACT US